La ferme du futur – La ferme numérique

Posté le par Wim Lagae

Germany, Moselle, Person parachuting in the skyLa numérisation est omniprésente à l’heure actuelle, même dans le domaine agricole. SAP a développé un modèle de ferme numérique, la ferme du futur.

L’agriculture est un secteur dans lequel les prix subissent en permanence de fortes pressions. La seule manière de survivre et de réduire les coûts est d’automatiser le plus possible afin de réduire le besoin de main-d’œuvre. Au niveau du bétail (nous parlons principalement de fermes d’élevage), les processus d’automatisation sont déjà bien avancés : traite, nourrissage et gestion des silos une fois, lorsque le silo à lait est plein.

Dans les activités agricoles, le rôle de l’automatisation est très différent. Elle commence au niveau des tracteurs dans les champs. À l’heure actuelle, ceux-ci sont équipés de capteurs qui enregistrent des informations au départ du moteur et de tous les équipements reliés aux tracteurs (pour fertiliser le sol, par exemple).

Pour être plus précis, ces capteurs constituent des innovations et permettent de nouvelles méthodes de travail qui garantissent la croissance et la rentabilité.

Prenons John Deere, par exemple. Un nouveau modèle d’affaires novateur a été développé en collaboration avec SAP. Grâce à la télématique, leurs tracteurs envoient des données récoltées par des capteurs vers un système central HANA. Ces capteurs indiquent non seulement où le tracteur est utilisé (géolocalisation), mais également son intensité d’utilisation. Des indications concernant une consommation excessive de carburant, des vibrations et des données relatives aux moteurs permettent à John Deere d’intégrer la maintenance prédictive dans le modèle d’affaires.

1

 

La ferme numérique nous permet d’aller un pas plus loin. Les capteurs placés dans les champs mesurent le taux d’humidité, le niveau de nitrates et le taux de croissance des cultures en temps réel. Ces capteurs envoient leurs données par le biais d’un système télématique vers un serveur central HANA.

Toutes les données collectées par les capteurs constituent ensemble la base de l’innovation. Grâce au lien établi entre les données captées dans les champs, celles collectées au niveau des tracteurs, les bulletins météo, les données historiques et le type de culture qui pousse dans les champs, le fermier dispose d’une vue en temps réel des tâches nécessaires (comme la fertilisation). Et lorsque le travail est fait, il peut immédiatement voir la rentabilité de chaque champ.

2

Comment cela fonctionne-t-il ? La technologie utilisée dans la plateforme HANA est la géolocalisation. Chaque champ est doté d’une géo-barrière sur la carte. Cette géo-barrière collecte les données au départ des champs, des tracteurs et des machines utilisées pour la récolte, et les présente dans un frontend simplifié. Grâce à des algorithmes analytiques, les tâches sont proposées aux fermiers. Ces tâches sont exécutées par le fermier ou par des entrepreneurs indépendants qui sont connectés au réseau business Fieldglass. La tâche complexe qui consiste à trouver l’entrepreneur doté d’équipements spécifiques est désormais facilitée.

Dès que le tracteur de l’entrepreneur pénètre dans la géo-barrière du champ, le fermier reçoit les données du tracteur et est informé via un équipement mobile du fait que le travail a commencé. De plus, les données du tracteur dans la géo-barrière sont disponibles en temps réel pour des analyses.

Le fermier peut ainsi répondre à une série de questions :

  • quand la tâche a-t-elle débuté et a-t-elle été terminée ?
  • quelle quantité de fertilisant a été utilisée sur quelle partie de mon champ ?
  • quelle a été la consommation de carburant pour chaque mètre de labourage ?

Disposer de données en temps réel apporte de nouveaux éclairages, facilite la planification des tâches et permet à l’entrepreneur de facturer immédiatement le fermier une fois le travail terminé et ce, sur la base des performances plutôt que sur un prix à l’hectare.

D’un point de vue analytique, le fermier dispose d’éclairages sur la rentabilité maximale de chaque champ. Les coûts et profits de chaque champ peuvent être calculés et visualisés en permanence, y compris par mètre carré, sur la base des données collectées au départ des champs et du tracteur.

3

Pour les fermiers en Belgique, la ferme du futur peut ne pas sembler constituer une solution applicable, mais imaginez qu’un fabricant de fertilisants offre ce type de service à tous ses clients. L’application pourrait alors même proposer des fertilisants sur mesure pour certains types de récoltes et de sols.

Découvrez ma vidéo pour en savoir plus.

Ce scénario particulier a été co-développé par SAP et Luciad. Luciad est une entreprise basée à Louvain qui élabore des composants software permettant aux organisations chargées de missions essentielles de fournir des applications de connaissance de la situation géospatiale. Dans le secteur agricole par exemple, les données sont collectées par les tracteurs avant d’être envoyées et visualisées en temps réel, tandis que la machine effectue le travail. On obtient une « heatmap » d’informations qui peut être interprétée de manière aisée et très visuelle.

4

Share on LinkedInShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Dit bericht is ook aanwezig in het Anglais, Néerlandais (Nederlands)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>